Archives de Tag: fait divers

The Deep – Baltasar Kormakur (2012)

The Deep

Ça, pour l’avoir eu bien profond, on l’a eu. Kormakur, ça doit vouloir dire « enculer les mouches » en islandais tellement son film n’atteint jamais l’ampleur espérée, la faute à un rythme digne d’un téléfilm France Télévisions avec Thalassa en sponsor. Alors qu’il tenait un solide fait divers qui aurait pu accoucher d’un survival maritime introspectif, il se contente de nous balancer un naufrage filmé avec les pieds et une errance de 10 minutes top chrono sur 1h30 de bobine. Le reste du temps, on voit le quotidien d’un type avec lequel on a aucune empathie et qu’on aurait aimé voir mourir noyé pour ajouter de l’action et raccourcir le film. Survivre, c’est bien ce que j’ai essayé de faire pendant le visionnage…

1,5/10

Publicités
Tagué , , , , , , , ,

11.6 – Philippe Godeau (2013)

Le chiffre indiqué est en millions d'euros...

Le chiffre indiqué est en millions d’euros…

Si l’histoire de Toni Musulin paraît si impressionnante, c’est parce qu’elle a fait les choux gras de la presse pendant plusieurs semaines. Et si elle captive autant, c’est parce que le fameux convoyeur n’a pas rendu l’intégralité du braquage à la police. Mais de là à faire un film d’un fait divers, aussi sensationnel soit-il, porté par les simples épaules de François Cluzet, c’est un pari risqué et pas vraiment payeur. Même si l’acteur s’en sort plutôt bien malgré le mutisme constant de son personnage, ça reste une histoire somme toute assez banale. Trop banale pour être racontée durant près de 2 heures.

Le seul plan du film où il y a de l'action.

Le seul plan du film où il y a de l’action.

Car c’est si lent et ça prend tellement son temps qu’on se demande si c’est pas Godeau qui est en train de nous enfler. Quand tu traites un sujet que tout le monde connaît (par l’intermédiaire de l’enquête et des médias), tu prend un minimum de risque dans ta mise en scène, dans ton scénario, pour éviter d’ennuyer le spectateur ou tu lui racontes l’histoire d’un point de vue intéressant. En l’occurrence sur les écrits de Musulin et ses aveux pour baser son film est pas une si mauvaise idée en soi. Sauf que c’est si creux et tellement peu convaincant que ça tenait en une heure, montre en main.

Les plans du périphérique lyonnais me rappelaient les trajets du boulot: un calvaire supplémentaire.

Les plans du périphérique lyonnais me rappelaient les trajets du boulot: un calvaire supplémentaire.

Reste des personnages bien développés (hormis le syndicaliste caricatural au possible), un parti pris intéressant (les flics sont quand même dépeints comme des blaireaux de première) et un François Cluzet qui, même s’il n’est pas aussi charismatique que voulu, arrive à imposer son personnage par une prestation contenue mais qui peut exploser à tout moment.

4/10

Tagué , , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :