Jeune et jolie – François Ozon (2013)

Jeune et jolie

A première vue, comment ne pas penser au célèbre magazine féminin pour adolescente en manque de repères lorsqu’on découvre le titre du nouveau film de François Ozon. Et cette similarité permet au film de prendre un tournant inattendu, pervers et parfois glauque car l’image qu’il va nous donner de son adolescente est bien éloigné du cliché de la romantique éperdue du sportif de la classe et vouant un amour immodéré à un quelconque star. Son héroïne est insensible, mélancolique et provocatrice. Telle une Lolita du 21ème siècle, elle va tirer parti de son charme et de son caractère désinhibé pour se prouver que le sexe n’a aucune frontière et que l’âge n’est qu’une barrière morale et non physique.

Jeune et jolie plage

La grande force de Jeune et jolie, en plus d’une écriture distinguée et d’une étude générationnelle intéressante (celle, comportementale, est moins réussie), est le talent incroyable de son actrice principale, Marine Vacht. Elle irradie l’écran à chaque seconde,  explosant dans les scènes intimistes où elle livre son corps entier à l’objectif du cinéaste qui tente de la cerner sous toutes les coutures. Certains y verront un aspect pervers et voyeur, d’autres le reflet d’une génération gangrenée par la transgression des interdits et l’omniprésence du sexe, dominateur de tous rapports affectifs. Les deux clans auront raison car si le film ne fait pas que s’attarder , ces dernières sont particulièrement choquantes et un peu trop nombreuses (le pire étant le cocktail de scènes de sexe sur du Françoise Hardy).

Jeune et jolie passe

Malgré le côté très terre à terre du sujet et la noirceur globale du film, Ozon se permet des touches d’humour parfois discrètes, parfois très drôles, mais toujours dans l’humour noir. L’histoire de Jeune est jolie, découpée sur 4 saisons, c’est  un peu l’année de tous les dangers pour une adolescente qui cherche à vivre des expériences avant l’heure (elle n’est pas majeure) et qui a un besoin irrépressible de se sentir femme malgré son insensibilité latente. S’il accompagne son personnage dans sa quête de plaisir charnel, j’ai juste trouvé ça dommage qu’il ne donne pas de véritable explications au geste de la jeune femme.

5,5/10

Publicités
Tagué , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :