Trois enterrements – Tommy Lee Jones (2005)

Trois enterrements

Pour sa première réalisation sur grand écran, Tommy Lee Jones s’est entouré de personnes talentueuses. Et même si l’une d’elles fait une ombre au tableau (qui a dit Luc Besson ?), le budget engrangé pour le film aura permis de faire sortir le film du simple cadre indépendant. Doté d’une photographie magnifique et d’une réalisation soignée et très (trop ?) propre, Trois enterrements est un hommage aux films de western (ceux d’Eastwood, humanistes), à une terre natale (le Texas) et un parcours initiatique chargé de violence et de mélancolie. Les deux âmes solitaires vont se rencontrer à travers un accident. Sans être un film choral comme pouvait l’être 21 grammes (qui partage le même scénariste), certains choix, à priori justes et réfléchis, virent au désastre une fois les tenants et les aboutissants des causes retrouvés. Ce road movie atypique et poussiéreux va mettre en travers de la route du cowboy et du policier frontalier des personnages intéressants, qui révéleront chacun une partie de l’humanité de l’autre. Chargé en émotion, en symboles et en introspection, Trois enterrements est de ces films qui marquent par leur sujet intemporel et par la sublimation de ces passages clés grâce à une économie de paroles et de musiques. Seuls les actes comptent.

8/10

Publicités
Tagué , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :