Star Trek Into Darkness – J.J. Abrams (2013)

Star Trek Into Darkness

Après le lifting opéré sur la saga par Abrams, les producteurs ont décidé d’élever leur poule aux œufs d’or au rang d’icône, le gratifiant d’un statut de geek suprême, ayant compris toutes les qualités de Star Trek en gommant tous les défauts. Mais c’était sans compter le rajout des siens qui, même s’ils ne gâchent pas tellement le spectacle, empêchent ses films de gagner de l’intensité émotionnellement parlant. Car ses personnages sont lisses et creux. Même s’ils ont bel et bien une personnalité qui leur est propre, ils agissent avec tellement d’insouciance et d’immaturité qu’on se demande comment Star Fleet peut filer à cet équipage le meilleur vaisseau de leur flotte et leur accorder leur confiance absolue.

Star Trek Into Darkness fusillade

Et si les défauts s’arrêtaient là, ça ne serait pas trop grave. Mais il faut encore ajouter les multiples incohérences scénaristiques qui plombent le récit. Cependant, si le script reste morcelé de bêtises à l’innocence prodigieuse (un mec est coincé dans un volcan en éruption !), il est bien traité et permet à chaque personnage de se révéler et d’apporter sa pierre à l’édifice. Le problème, c’est que si les interactions entre eux sont plutôt bien écrites, les personnages n’évoluent jamais, ce qui donne un aspect serial à la saga, au lieu de la transformer en fresque space opératique qui aurait pu enterrer la prélogie de Lucas.

Star Trek Into Darkness V

Le Duo Quinto/Pine fonctionne toujours et c’est agréable de retrouver l’équipage au grand complet, face à un bad guy aussi redoutable que ridicule. Car si son potentiel de dangerosité est élevé, son charisme frôle le zéro absolu, aidé par un cabotinage excessivement chiant de Cumberbatch qui joue les Ryan Gosling futuristes (à savoir qu’il maîtrise la mono-expression). Heureusement que les scènes d’actions sont très bien torchées et que l’image flatte l’œil, avec des effets spéciaux très réussis, malgré l’utilisation toujours trop intensive des lens-flares. Mais ça en devient amusant tant cette marque de fabrique, aussi appréciée que controversée, devient une sorte de signature et permet de rendre reconnaissable l’oeuvre d’Abrams parmi les autres.

Star Trek Into Darkness espace

Un bon divertissement, même s’il n’est pas le blockbuster tant attendu et qu’il reste trop ancré dans une norme hollywoodienne consistant à puiser dans une idée jusqu’à l’assécher complètement. Pas assez sombre et formaté pour un public bien trop jeune, on y retrouve tout de même ce qui nous a fait apprécier la première tentative d’Abrams de ressusciter la saga. Et c’est déjà un bon point.

6,5/10

Publicités
Tagué , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :