Evil Dead – Fede Alvarez (2013)

Evil Dead 2013

Ça n’est pas sans heurts que le film de Fede Alvarez a rejoint le chemin des salles obscures. Evil Dead connaît un fan club si féroce que l’annonce d’un remake dénué de tout humour a fait trembler le tout Internet. Ça, c’était avant le trailer. Et dès son arrivée, certains ont tout de même continué à crier au scandale tandis que d’autres, surpris par la qualité de la mise en scène et le niveau de gore atteignant des sommets rarement vu en salles, ont arrêtés de dégueuler leur haine sur le clavier de leur ordinateur. Seuls quelques irréductibles aigris, non convaincus du besoin d’un remake, continuaient à chercher la petite bête avant de pouvoir visionner ledit film. Et ces derniers doivent être assez contents de ne pas avoir abandonné la bataille tant le résultat final surprend.

Evil Dead tronconneuse

Même si nous avions été prévenus que l’humour grotesque et limite cartoonesque du film original de Sam Raimi serait aux abonnés absents, nous étions tout de même en droit d’attendre un certain degré d’hommage dans cette bobine. Et hormis les idées craspecs et déjantés propre à son support d’origine (le viol, la cave), Evil Dead version 2013 est loin de faire l’unanimité. Et ce pour deux raisons: d’une part, les effets gores outranciers ne suffisent pas à faire oublier la platitude de l’entreprise. D’autre part, les personnages sont si désincarnés qu’on se demandent si un scénario avait été écrit au préalable. Les acteurs ne se sentent jamais investis d’une quelconque mission. Et ça n’est pas trop demander que de vouloir que le personnage principal qui est censé incarner une version remodelée d’Ash, soit un minimum charismatique.

Evil Dead voiture

Mais ne jetons pas la pierre aux acteurs qui, semblant tout droit sortis d’une quelconque série télévisé »e inconnue pour teenagers, ont du mal à endosser la lourde tâche de faire revivre un mythe attendu au tournant. Seuls les effets gores, véritables arguments de vente massue, rendent le visionnage intéressant. Car c’est gore, et pas qu’un peu. En terme de film malsain, maltraitant son spectateur, Evil Dead se pose là. Si on peut y voir une quelconque manipulation pour engranger un capital sympathie gagné d’avance auprès du public friand de péloches décomplexés de la carotide, j’y ai surtout vu un amour du genre, aux effets majoritairement artisanaux, enterrant tout ce qui se fait dans la redite horrifique (Vendredi 13, Massacre à la tronçonneuse et Freddy sont des petits joueurs à côté).

Evil Dead shotgun

Son principal défaut n’est pas d’avoir un scénario écrit à la va-vite ou de ne pas nous permettre de nous identifier aux victimes possédés, mais juste de s’appeler Evil Dead. Et lorsqu’on passe après une pépite comme le film de Raimi, il faut plutôt miser sur une expérience beaucoup plus intense que celle-ci. Le sang, c’est bien, mais c’est pas ce qu’on retiendra du film. Ce qui restera dans l’histoire, c’est que Fede Alvarez a rendu une copie scolaire où il a vomi tout le culte d’une époque. Et je laisse le soin aux fans de la nouvelle version de trier le résultat.

5/10

Publicités
Tagué , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :