G.I. Joe: Conspiration – John M. Chu (2013)

Encore un film Hasbro tout pourri !

Encore un film Hasbro tout pourri !

Pour ceux qui sont fans de la saga (s’il existent), je m’excuse de ne pas avoir vu le premier film. Mais est-ce si important vu le niveau auquel on est confronté durant 2 heures ? Lorsqu’un film d’action m’ennuie au point de regarder ma montre toutes les vingt minutes, il peut me balancer toute l’énergie qu’il veut sur la fin, il n’atteindra jamais la moyenne. Loin de moi l’envie de vouloir me mettre à dos les adolescents qui ont du adorer cette bouillie visuelle (rien n’est fluide à part les ralentis) et scénaristique (un énième complot foutraque visant la Maison-Blanche) mais c’est clairement le point mort de l’entertainment et un beau gâchis de potentiel (Dwayne Johnson et Lee Byung-hun en tête).

Tous les pires clichés sont réunis autour de cette table.

Tous les pires clichés sur les pays sont réunis autour de cette table.

Pourquoi ont-ils besoin d’aller se fourvoyer dans des daubes comme celles-ci alors qu’ils n’ont clairement plus besoin de cachetonner, ayant fait montre de leurs talents et de leur charisme ? Cette méthode est uniquement réservée à Bruce Willis qui nous refait un John McClane mâtiné de…de…et bien de John McClane. Le pauvre n’a plus que cette corde à son arc et elle est tellement usée que j’ai hâte qu’elle lui pète à la gueule. Mais il est loin d’être le pire acteur du film et rien que ça, c’est une performance en soi. Car Jonathan Pryce lui vole la vedette en président américain aussi mou que François Hollande et veut à tout prix rester sur le trôle de la médiocrité tant il semble à son aise dedans.

Heureusement que The Rock est là pour pimenter l'action.

Heureusement que The Rock est là pour pimenter l’action.

Alignant les pires stéréotypes dans une réunion de crise concernant la dénucléarisation du monde, le film peut se vanter d’avoir la meilleure scène comique dans un film d’action. Encore une contre-performance à son actif qui permet de juger le travail du scénariste et encore plus celui du producteur. Car il faut 5 ans d’âge mental pour accepter qu’une telle scène soit présente dans un blockbuster. G.I. Joe se fout tellement de notre gueule à tous les niveaux que ça en devient gênant et que je me suis senti insulté dans mon statut de spectateur. Toutes les scènes d’actions sont visible dans le trailer et pas un seul moment de bravoure iconisera nos soldats patriotiques.

Les seuls moments forts sont les apparitions des ninjas.

Les seuls moments forts sont les apparitions des ninjas.

Ah si ! Ils parviennent à déjouer le complot visant le président grâce à une série d’enregistrements vidéos qui montre qu’il ne croise pas les mains de la même façon. Incredible ! Autant d’éléments qui justifient le QI d’huître de l’élite de l’armée américaine qui, additionné à celui des responsables de cette purge, doit plafonner à 100. Les raccourcis sont tellement « autres » que j’avais l’impression d’assister à une adaptation d’un épisode de La quatrième dimension. Le film prend des tournures épiques de débilité à de nombreuses reprises, permettant de maudire en silence le réalisateur en rentabilisant la séance par un aspect nanardesque pas piqué des vers.

Les bizuts sont prêts. Leur gage: faire une fellation à The Rock...

Les bizuts sont prêts. Leur gage: faire une fellation à The Rock

Après un Battleship plus que mauvais où la seule scène à sauver étant le naufrage du bateau en plan séquence, G.I. Joe n’a qu’une seule scène véritablement intéressante au compteur. Et bien qu’elle soit à moitié visible dans la bande-annonce, elle reste très agréable à regarder pour son côté décomplexé et ralenti (c’est pas rempli de plans cut). Hasbro continue de nous faire doucement sourire avec une politique de marketing grosse comme le poing. Et je ne sais pas qui est à la tête de cette société mais ils nous ressortent la même scène que dans Battleship, avec les vieux de la vieille qui rempilent pour aller casser du méchant. Aussi ridicule qu’inutile (on les voit en action 5 secondes), elle plaira aux pensionnaires des maisons de retraite qui resteront bloqués sur ce film lors de sa diffusion télé, les piles de la télécommande ayant lâchés et la supérette étant fermée le dimanche.

Londres est détruite ? On s'en branle !

Londres est détruite ? On s’en branle !

Encéphalogramme plat pour ce film qui arrive à être aussi nul que Die Hard 5, aussi jouissif que Spring Breakers et aussi maîtrisé que Rengaine. J’aurais mieux fait d’aller voir Jack: le chasseur de géants. Au moins, on est pas volé sur la marchandise…

2,5/10

Publicités
Tagué , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :