L’ange de la vengeance – Abel Ferrara (1981)

La vengeance est un plat qui se mange saignant.

La vengeance est un plat qui se mange saignant.

Après avoir percé avec son slasher Driller Killer (joke inside), Abel ferrara fait une tentative intéressante dans le thriller, tout en gardant à l’esprit cette fibre violente et désespérée propre aux tueurs en série. L’occasion pour lui de se démarquer dans le genre en faisant d’une pierre deux coups et en pondant un slasher vigilante. Coincé entre deux genres, L’ange de la vengeance fascine par sa capacité a rendre humain et surtout victime son personnage de tueuse en la transformant en martyr dès le début. De fait, tous ses actes, aussi cruels et calculés soient-ils, trouvent une échappatoire par le double viol dont elle a été victime.

Le genre d'images chocs qu'affectionne particulièrement Ferrara.

Le genre d’images chocs qu’affectionne particulièrement Ferrara.

Si la forme est peu maîtrisée (on sent que le réalisateur cherche à approcher le réalisme plutôt que la fiction), son fond est doublement intéressant. D’une part car derrière cette vulgaire histoire de vengeance se cache un film bien plus féministe qu’il en a l’air (la scène finale) et d’un autre côté car la folie est un thème sous-jacent qui réapparaîtra plus tard dans la filmographie du cinéaste. Une approche déjà frontale du problème et une envie d’en découdre avec un cinéma trop propre et qui ne propose pas de s’attarder sur les maux qui rongent la société et la gangrène de l’intérieur.

La gente masculine a du soucis à se faire...

La gente masculine a du soucis à se faire…

La rue, c’est le décorum préféré de Ferrara. Il la filme comme personne. Dans ses pires aspects (les ruelles sales et sombres), réinventant la manière de voir des endroits célèbres (la scène de Central Park) et mettant à la lumière un peuple de l’ombre agissant la nuit et invisible le jour. Car la nuit, c’est là que la peu causante Thana sévit, emportant dans la tombe les hommes susceptibles d’être dangereux pour elle ou pour autrui, de sexe féminin. Mais là où L’ange de la vengeance impose son côté horrifique, c’est dans cette excitation que Thana découvre dans le meurtre et qui ne la satisfait plus si ses victimes ne sont que des reflets de ces assaillants. Elle poussera donc le vice à s’attaquer à d’autres types de personnes jusqu’à un final dément où le carnage est inévitable.

Zoé à un charme à en perdre la tête...

Zoé à un charme à en perdre la tête…

Mais son visage juvénile amenant n’importe qui à la croire aussi innocente qu’inoffensive lui servira à traquer ses proies de plus en plus près, jusqu’à obtenir la satisfaction délicieuse de percevoir la douleur dans les yeux de sa victime. De plus, le fait qu’elle soit sourde et muette en fait une arme parfaite pour délivrer le message de Ferrara. Aussi faibles soit-elle comme représentatrice de son sexe, elle arrivera néanmoins à chasser l’image doucereuse de la gentille fille et à castrer les pulsions sexuelles de l’homme en général en transformant un fantasme inavouable (la nonne maquillée à outrance et pas farouche) en cauchemar ambulant (le massacre).

Il ne faut jamais se fier aux apparences.

Il ne faut jamais se fier aux apparences.

L’ange de la vengeance se classe donc dans le haut du panier de la filmographie éclectique de Ferrara, quasiment au même niveau qu’un Bad Lieutenant ou qu’un King of New York tant leur approche des personnages est semblable et qu’ils semblent se répondre dans une Big Apple rongé par un ver solitaire insatiable où l’individualisme est la seule loi qui compte.

7,5/10

Publicités
Tagué , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :