Gangster Squad – Ruben Fleischer (2013)

J'arrivais pas à trouver une affiche qui ressemble pas à celle d'un jeu vidéo...

J’arrivais pas à trouver une affiche qui ressemble pas à celle d’un jeu vidéo…

Quand on la regarde, tout est dit: du vide avec quelques éclairs de violence, deux acteurs intéressants (mais pas ceux (in)visibles sur l’affiche) et un look tout droit sorti d’une PS3. Toujours propre que ce soit dans sa mise en scène clinquante ou ses décors sans âme (à l’instar de ses personnages), Gangster Squad se fout de la gueule du monde, à commencer par celle de Sean Penn: sa tronche caricaturale de youpin vénère est sacrément est une sorte de faciès en papier mâché, recraché et remâché pour le rendre immonde. Comme le scénario en fait qui reprend toutes les ficelles de celui des Incorruptibles sans jamais lui rendre un hommage. Ici, on joue clairement dans la catégorie des poids légers, à peine intéressant pour celui qui n’a jamais vu un seul film de gangsters de sa vie.

"- Vas-y, c'est comme ça qu'on fait ! J'ai vu ça dans Mafia 2 !"

« – Vas-y, c’est comme ça qu’on fait pour avoir l’air cool ! J’ai vu ça dans Mafia 2 ! »

Et pourtant, l’entreprise fait saliver car peu de gens s’intéressent à cette période. En même temps, celui qui s’y attelle passe forcément derrière de très grands noms comme Coppola ou De Palma et le niveau très élevé donne le vertige à celui qui se lance un tel défi. Mais Ruben Fleischer n’a pas peur. Ruben Fleischer, c’est un déglinglo qui additionne les trophées sur sa console en faisant à fond les niveaux de ses jeux vidéos préférés. Du coup, il a terminé plusieurs fois L.A. Noire avec toutes les fins possibles pour savoir comment on donne de la profondeur à son récit et qu’on montre la cité des anges dans les années 50. Et ça, pour nous la mettre profond, y’a pas mieux que lui…

Un enfant doit s'y retrouver vu que l'intrigue ressemble à une baston de cour de récré niveau CE2...

Un enfant doit s’y retrouver vu que l’intrigue ressemble à une baston de cour de récré niveau CE2…

Insipide du début à la fin, le scénariste devait être doué en arts plastiques tant son calque du chef d’oeuvre écrit par Mamet ne permet aucun distinction avec le sien. Du coup, le producteur lui a tapé sur les doigts en lui disant que c’était pas bien de reprendre les devoirs des anciens élèves pour faire croire à un nouveau scénario. Il a donc changé le lieu de l’action, le nom des protagonistes (Al Capone devient Mickey Cohen) et mis des ralentis en argumentant que le bullet time, De Palma il sait pas l’utiliser et c’est passé comme une lettre à la Poste. Mais attention, les frais de port vont douiller. Parce que lâcher 10€ pour voir Gangster Squad, je prend ça comme un viol. Et ma rétine ne s’en est toujours pas remise tant les flashs de couleur, les tons criards des décors et des costumes et la netteté chirurgicale du film lui fait perdre toute humanité.

Emma Stone, 24 ans, rousse, femme fatale. Cherchez l'intrus.

Emma Stone, 24 ans, rousse, femme fatale. Cherchez l’intrus.

Tout le monde est retouché: prothèses ou botox, maquillages ou lumières flatteuses. Ça ne m’étonne pas que Sean Penn trouvait des adversaires en tant que Mickey Cohen vu qu’on a envie de lui taper dessus rien qu’en le regardant. Emma Stone fait croire qu’elle est mystérieuse et qu’elle a vécu une longue vie et rencontrée plein d’hommes. C’est peut être vrai si son anniversaire tombe tous les 6 mois et qu’elle a commencé à avoir des relations sexuelles au lieu de la tétée. Ryan Gosling n’est présent que pour jouer le beau gosse de la bande qui fait roucouler le public féminin, âgé de 15 à 18 ans. D’ailleurs, Fleischer a vu juste car il lui a attribué toutes les répliques marrantes et les sous-entendus sexuels comme ça on croit qu’en plus d’être un bon acteur, il est trop cool. Nicolas Winding Refn avait vu juste en faisant de lui quelqu’un de mutique dans Drive car il a tellement une voix de fausset que ça en devient gênant lorsque Fleischer filme une discussion avec le cireur de chaussures de 10 ans et qu’ils sont de dos. On a du mal à reconnaître lequel des deux parlent. Les autres ne valent pas mieux, même si on est content de voir Nick Nolte et Robert Patrick le temps de quelques scènes.

Son personnage est sympathique mais Gosling n'arrange rien à l'affaire...

Son personnage est sympathique mais Gosling n’arrange rien à l’affaire…

Etant donné que j’étais complètement sorti du film après une heure de tournante subliminale, je me suis attardé sur la musique et les mouvements de caméra. Et il faut reconnaître que même si le réalisateur de ZombieLand a cru bon de faire un HollywoodLand, il arrive tout de même à nous gratifier de quelques bons moments comme ces plans séquences nerveux ou des bouts de fusillades pas trop mal torchés (quand Gosling et Brolin sont à couvert). On reprochera quand même la platitude des personnages qui agissent comme des attardés mentaux (« Allez les gars, on va attaquer le casino de Mickey Cohen sans préparation et sans connaître les lieux. ») ou qui ne se posent jamais de questions (ils brûlent un paquet de pognon sans même cligner de l’oeil: ça, c’est des vrais incorruptibles…). Et quand ils s’en posent, Fleischer fait abstraction des déboires de ses personnages pour se concentrer sur l’action (l’expert en renseignement flanche, on lui tape sur l’épaule, il est reparti de plus belle: un vrai coucou suisse).

Sean Penn a longuement médité au musée Grévin pour savoir comment il allait jouer Mickey Cohen.

Sean Penn a longuement médité au musée Grévin pour savoir comment il allait jouer Mickey Cohen.

Je vais rester généreux car comme je le disais, les tentatives de se heurter au monde de la pègre des années 50 se comptent sur les doigts d’une main. Mais si vous recherchez du vrai cinéma, retournez voir vos classiques. Et pour les fans de séries télé, tournez-vous plutôt vers Boardwalk Empire.

4/10

Publicités
Tagué , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :