Patriotes – Nicholas Meyer (1991)

N'est pas John Le Carré qui veut...

N’est pas John Le Carré qui veut…

Ambiance post Guerre froide, Gene Hackman, espionnage. Tout ça laissait augurer d’un bon petit film sinon réjouissant, au moins divertissant. Il n’en est rien, la faute à un scénario creux et sans ampleur, où on ne comprend ni les enjeux politiques, ni les décisions gouvernementales. Un film de petit malin qui se mord la queue à force d’essayer d’être mystérieux et complexe. En temps normal, j’aime beaucoup Hackman mais là, il donne carrément le minimum syndical requis pour épaissir son personnage. On ne croit pas une seule seconde que cet homme soit une légende vivante du renseignement américain tellement c’est une brêle à tous les niveaux: discrétion, réflexion, réactivité. A peine un gros balourd apte à faire la secrétaire dans les bureaux de la CIA.

"- Tu trouves pas que ce film sent un peu la merde ?"

« – Tu trouves pas que ce film sent un peu la merde ? »

Et portant, l’idée de faire un film d’espionnage qui se situe juste après la chute du mur de Berlin est astucieuse. Elle permet de prendre le pouls de l’apaisement des tensions entre Russie et Etats-Unis tout en filmant dans des décors encore empreints d’une atmosphère lourde en histoire et en évocation politiques. La majeure partie du film se déroule dans la capitale allemande mais on ne semble jamais enfermé dans un carcan d’oppression, que les personnages se trouvent dans Berlin Est ou Berlin Ouest. Peu de réactivité de la part des forces de l’ordre et une chasse à l’homme digne d’un feuilleton…allemand (je ne citerai pas de nom).

Ca rassure de voir que la police est aussi douée dans les autres pays que le nôtre...

Et cette fin, qui d’après la réputation du film, justifierait à elle seule le visionnage, est d’une platitude exemplaire. Certes, la tour Eiffel est bien filmée et son aspect de toile d’araignée métallique permet à la tension de rebondir pour offrir un climax un peu étouffant. Mais la manière dont ça se termine, c’est juste du foutage de gueule de compétition ! On est dans les hautes sphères de la fainéantise et je pèse mes mots. Passez votre chemin, vous ne vous en porterez que mieux…

2/10

Publicités
Tagué , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :