Hellboy II: Les légions d’or maudites – Guillermo Del Toro (2008)

Une suite digne d'intérêt !

Une suite digne d’intérêt !

Voila ce que je voulais voir ! Hellboy 2 est tout simplement ce que le premier n’est pas: fun, maîtrisé, jouissif et bourré d’action. Del Toro a parfaitement digéré le comic et l’originalité du super héros pour en faire quelqu’un de vraiment attachant et charismatique. Se second opus fleure bon le conte et la poésie, à l’instar du Labyrinthe de Pan dont on sent encore l’influence, aussi bien dans le design des créatures (l’Ange de la Mort ressemble à un cousin germain de l’Homme Pâle) que dans la musique, moins tonitruante que chez son prédécesseur. Le pari de faire rendosser le costume d’Hellboy à Ron Perlman était risqué tant la genèse de la saga sentait l’échec à plein nez.

"- Que veux-tu que j'te dises: quand on aime, on ne compte pas !"

« – Qu’est-ce que tu veux que j’te dises: quand on aime, on ne compte pas ! »

D’ailleurs, il n’est pas le seul à avoir repris du service. L’intégralité du casting est présent hormis le nabot du FBI, l’agent Myers, qui était vraiment LA plaie de l’équipe dans leurs aventures précédentes. Autant la compagne du grand singe rouge joue toujours aussi mal, autant le problème est résolu de moitié, le reste de la team faisant le boulot et assurant la majeure partie du spectacle. Et ce dernier n’est pas en reste en terme de qualité d’écriture, de mise en scène et de chorégraphies. Les combats sont ultra lisibles et le spectaculaire prend davantage de place pour permettre à Del Toro d’exprimer de manière plus sincère son amour pour les bestioles lovecraftiennes (le Dieu sylvestre, c’est autre chose que sa pieuvre toute moche du premier film).

Pendant un moment, je me suis cru dans Star Wars avec ce bestiaire si incroyable.

Pendant un moment, je me suis cru dans Star Wars avec ce bestiaire si incroyable.

En cela, le marché des Trolls est magnifique avec pas moins d’une centaine de créatures différentes grouillant dans les allées, fouinant devant les échoppes. Une vraie ville dans la ville qui ne manque pas de charme grâce à une palette de couleurs variées et un élément majeur de l’intrigue qui permet au public d’y rester plongé assez longtemps pour satisfaire son regard rêveur. Un véritable enchantement des sens qui manquait terriblement, Del Toro étant avant tout un conteur plutôt qu’un bon faiseur de blockbuster.

Le lien fraternel qui unit le prince et sa soeur est retranscrit d'une manière très pure.

Le lien fraternel qui unit le prince et sa soeur est retranscrit d’une manière très pure.

La marque de fabrique du cinéaste ne se réduit pas qu’à cette seule scène. Toute son oeuvre est compilée dans le film, faisant d’Hellboy 2 un divertissement original, au discours qui plaira autant aux petits qu’aux grands. La poésie se dégageant des images et de certains personnages (la famille royale pour ne citer qu’eux) est omniprésente, rendant l’aventure qui attend nos joyeux drilles aussi excitante qu’émouvante. Même si l’introduction, maladroite, à tôt fait de nous livrer les dessous de l’intrigue un peu trop rapidement, on reste bouché bée devant une telle maîtrise de l’outil, maîtrise donnant tout son sens au 7ème art. Véritable peinture qui enchante et fait voyager celui qui la contemple, le décorum du film est si vaste et la mythologie qui s’en dégage si inspirée qu’on se doit d’éviter de cataloguer Hellboy 2 comme un vulgaire film d’action.

La bataille qui fait rage dans les rues de New York est d'un rythme et d'une qualité indéniable !

La bataille qui fait rage dans les rues de New-York est d’un rythme et d’une qualité indéniable !

Fable initiatique aux allures de blockbuster, j’ai beaucoup apprécié le fait de mettre un peu plus sur le devant de la scène Abraham, dont le personnage n’avait acquis qu’un piètre intérêt jusqu’alors. Si certains défauts sautent toujours aux yeux (la visite des locaux de l’équipe à la sauce Men in black), Del Toro a gommé toutes les grosses imperfections qui faisait d’Hellboy un film moyen, ratissant un champ plus large en ne se contentant plus de toucher un public restreint aux lecteurs du comic book. Une initiative qui est tout à son honneur et qui donne envie de voir naître un troisième épisode.

8/10

Publicités
Tagué , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :