Fanboys – Kyle Newman (2009)

Quand la fiction empiète sur la réalité...

Quand la fiction empiète sur la réalité…

Star Wars a marqué au fer rouge le coeur de nombreuses personnes. Et que l’on soit fan inconditionnel de la saga ou amateur de science-fiction, on ne peut que s’incliner devant l’univers incommensurable créé par George Lucas lorsqu’il avait encore une étincelle de génie (revendre ses droits à Mickey, c’est pas ce qu’il a fait de plus intelligent). Fanboys ne raconte que cela  comment des personnes, en marge de la société, se nourrissent constamment de cet univers, tels des trous noirs ambulants. Et à défaut d’être sévèrement drôle, c’est particulièrement attachant. Ce qui n’est déjà pas si mal.

A la vie, à la mort. Certains vont très loin dans l'adoration de leurs idoles.

A la vie, à la mort. Certains vont très loin dans l’adoration de leurs idoles.

L’intention est louable mais le résultat n’est pas toujours au rendez-vous. Si quelques gags fonctionnent et certains caméos sont appropriés (celui de Kevin Smith est d’une nullité absolue), l’ensemble reste trop moyen pour convaincre réellement et faire rire aux larmes. Dan Fogler s’est cru aussi bidonnant que Jack Black (c’était déjà le cas dans Balles de feu où il poussait également la chansonnette) sauf qu’il ne fait que l’imiter de manière pathétique. Les autres jouent leur rôle comme ils se doivent et les clichés qu’ils représentent ont des airs de déjà-vu (la geek sexy, le geek à lunettes, le mec qui a les pieds sur terre…).

J'ai du mal à imaginer l'animation qu'il devait y avoir durant la première de l'épisode 1 !

J’ai du mal à imaginer l’animation qu’il devait y avoir durant la première de l’épisode 1 !

Malgré ces défauts, le film reste étonnant d’une part par sa naïveté (« allons faire un road trip qui coûte un bras alors qu’on a pas de travail ») et d’autre part par une énergie communicative à vouloir toujours aller plus loin dans l’hommage (la silhouette du van dans le panneau publicitaire est la meilleure iodée du film). Sa courte durée pèse également dans la balance car elle permet d’apprécier le film à sa juste valeur: une comédie bercée par la nostalgie d’une époque et l’amour d’un mythe du cinéma. Une mise en abîme du 7ème art qui fait plaisir à voir tant il est vrai que de tels aficionados existent, permettant de perpétuer des idées et un savoir illimité à force de réflexion au plus inculte d’entre nous.

Les bruitages originaux repris pour l'occasion permettent de ne jamais tourner en dérision l'objet du désir.

Les bruitages originaux repris pour l’occasion permettent de ne jamais tourner en dérision l’objet du désir.

On est quand même très loin de la réussite mais pas si près non plus du ratage. Fanboys est un film qui se laisse regarder, un film qui fait le point sur les proportions que peuvent prendre une passion et c’est avant toute chose celle du cinéma qui nous est présentée là. Et je ne peux que m’incliner devant la Force de cet art.

6,5/10

Publicités
Tagué , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :