Just Heroes – John Woo & Ma Wu (1989)

Un John Woo très mineur mais un John Woo quand même !

Un John Woo très mineur mais un John Woo quand même !

En voulant insérer le DVD du film Les associés de John Woo, je tombe par surprise sur ce Just Heroes qui m’avait l’air plus hard boiled. Et c’est exactement ce dont j’avais besoin ce soir. Mais par malchance, j’ai eu à faire à un Woo qui n’arrive pas à éviter la redite et qui se plagie allègrement pour délivrer une parodie sérieuse de ses plus grands films (silence derrière…) période HK. Il est évident qu’il est le maître incontesté du film d’action (arrêtez de rire !) hong-kongais mais j’ai trouvé autant de nostalgie que de paresse dans cet ersatz d’A Better Tomorrow.

La rivalité entre frères d'armes est le thème invincible de la filmographie de Woo.

La rivalité entre frères d’armes est le thème invincible de la filmographie de Woo.

Nous gratifiant d’une ouverture exceptionnelle où il semble toujours aussi à l’aise avec ses fameux gunfights qu’on ne présente plus, sa caméra se repose le reste du temps, n’assurant que le minimum syndical et repiochant dans tout ce qu’il a déjà abordé en mieux dans ses oeuvres précédentes ou suivantes. Une sorte de récréation jubilatoire qui excelle par ses fusillades généreuses mais qui ne suffit pourtant pas à hisser Just Heroes au panthéon. La synchronisation des dialogues est vraiment pourrie durant les scènes pluvieuses, témoin muet que le cinéaste ne s’est pas assez investi dans son film qui sort la même année que l’impeccable The Killer.

Ça doit à peu près ressembler dans la tête de Woo quand il réfléchit à la chorégraphie d'une fusillade.

Ça doit à peu près ressembler dans la tête de Woo quand il réfléchit à la chorégraphie d’une fusillade.

La rançon du succès serait-elle due à sa collaboration fructueuse avec le charismatique Chow Yun Fat, sa muse qu’il s’amuse à percer de trous au fur et à mesure de ses tournages ? On est en droit de le penser tant cet académisme dont il fait preuve avec Just Heroes ne lui ressemble pas. Il ne prend aucun risque, sauf durant l’action. Et même lors de ses scènes tant attendues, on a une vague impression de déjà-vu. Est-ce que Woo est mort pour autant ? Clair que non puisqu’il sortira 3 ans plus tard A toute épreuve qui reste le summum indétrônable de sa filmographie.

" - Jack, tu retires tout ce que t'as dit de méchant sur le boss illico presto !"

 » – Jack, tu retires tout ce que t’as dit de méchant sur le boss illico presto ! »

Je ne le blâme pas d’avoir voulu faire une pause car il nous a pondu quelques chefs d’oeuvres par la suite. Il est juste regrettable qu’il n’ait pas utilisé à meilleur escient tout cet argent gaspillé pour réaliser un film mineur qui ne restera pas dans les annales de son cinéma burné.

6/10

Publicités
Tagué , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :