Resident Evil: Retribution – Paul W. S. Anderson (2012)

La rétribution, c'est au spectateur qu'ils devraient la reverser...

La rétribution, c’est aux spectateurs qu’ils devraient la reverser…

C’est nul. Mais c’est nul ! Affligeant de voir ça sortir en salles. En plus de nous pondre un film à chier (même si j’ai l’impression que la saga vidéoludique semble prendre le pouls des adaptations au niveau de l’action vu l’ambiance de Resident Evil 6), Anderson nous fait le coup du retour des anciens acteurs de la franchise par un procédé scénaristique absolument bancal. Ils sont tous venus cachetonner pour prendre les derniers centimes qui traînaient dans nos poches. Et quand je dis scénaristique, je blasphème tant cette purge immonde nous est vendu sans mode d’emploi. On dirait que la caméra a été filé à un passant et qu’on lui a dit de tourner un film d’action horrifique. A savoir que le seul moment où j’ai eu peur, c’est quand j’ai vu, l’ennui venant, qu’il me restait 30 minutes de film à regarder !

Euh, Milla, les ennemis sont derrière toi...

Euh, Milla, les ennemis sont derrière toi…

Anderson essaie de compiler Memento et Irréversible pour son intro et nous pond une scène au ralenti inversé. Ouais, ouais, ça existe ! Mais comme c’est encore qu’un prototype de mise en scène, il nous la remontre en sens normal juste après avoir fait un briefing de tous les films précédents pendant 10 minutes. Comme ça, il a pas besoin de faire un court métrage et il peut sortir son film en salles. Au bout d’un quart d’heure de film, en plus de n’y rien comprendre (m’est avis que je ne devais pas être le seul), j’en avais déjà ras-le-bol. C’était sans compter sur la suite des opérations. Un commando chargé de sauver Alice s’infiltre dans la base sous-marine d’Umbrella Corporation afin de justifier leur salaire d’acteurs et de rajouter des lignes à leur CV.

- "Bien dégagé autour des oreilles, c'est ça ?"

– « Bien dégagé autour des oreilles, c’est ça ? »

C’est mal joué, c’est injustifiable, c’est drôle (mais c’est pas voulu je crois) et y’a même pas de quoi se rincer l’oeil. Autant dire que c’est très mal barré pour Milla Jovovitch qui va devoir continuer à jouer dans les films de ses compagnons (après Luc Besson, Anderson himself) ainsi que pour tout le reste de l’équipe. Entre Jill Valentine qui a appris à tirer en regardant les westerns de Sergio LeoneLeon Kennedy qui a oublié de s’acheter du charisme, en passant par Ada Wong qui réinvente la mode du treillis « Grandes occasions », tous les personnages sont passés à la moulinette du blockbuster pour débiles et les copeaux ont été rassemblés pour donner ça. Une distribution au rabais pour un film qui explose tout le budget dans…dans…ben sans doute à la cantine parce qu’à l’écran, on voit pas grand chose.

Oui oui, c'est bien une image du film. Elle est bien en robe de soirée pour une mission commando...

Oui oui, c’est bien une image du film. Elle est bien en robe de soirée pour une mission commando…

Entre les monstres qui se prennent des dizaines de headshots d’Uzi sans broncher et qui meurent explosés par une voiture, les fusillades interminables entre zombies et humains qui, une fois qu’ils n’ont plus de balles, tentent des assauts voués à l’échec et les « zomphibies » (ne cherchez pas, le terme est de moi), ces fameux zombies amphibies qu’on aperçoit à la fin (oui parce qu’en plus de courir, ils vivent sous l’eau aussi, c’est pratique pour éviter la pourriture des tissus et tout et tout…) et qui ne servent à rien si ce n’est combler les trous du scénarios (et ceux de Michelle Rodriguez mais c’est hors champ), la liste des conneries est longue. Comment justifier après tout ce branle-bas de combat qu’on va terminer en beauté avec un sixième et ultime opus ? En montrant une scène finale qui donne forcément envie de remettre le couvert. Allez, mon vieil Anderson, t’as absolument tout compris au teasing, c’est déjà ça de pris.

2/10

Publicités
Tagué , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :