Un remède à la mélancolie – Ray Bradbury (1961)

La recette idéale pour les jours de pluie à broyer du noir.

Jamais pessimistes mais toujours teintées d’une déprime sourde, les nouvelles de Bradbury sont tout autant de contes poétiques et fantastiques, mêlant le quotidien le plus ennuyeux à des renversements imaginaires des plus oniriques. Même si la qualité n’est jamais la même, elle est au rendez-vous lorsqu’il s’agit de nous faire croire aux situations les plus rocambolesques, à nous émouvoir de la plus pure des manières (sur des nouvelles de quatre pages, une larme peut nous échapper) ou à nous faire rêver de paysages merveilleux mais inatteignables. Les personnages sont tous attachants, du plus innocent des enfants au plus grognon des vieillards. Certaines font écho à des instants universels de la vie de tous les lecteurs, permettant une identification encore plus certaine qu’au cinéma, la foule de détails cohérents en plus. La ville où personne n’est descendu vient titiller notre part d’ombre, Le sourire joue sur notre faculté à admirer la beauté, Le dragon est la plus hilarante des histoires jamais contée à un enfant, Ils avaient la peau brune et les yeux dorés joue sur le terrain de prédilection des meilleurs auteurs de science-fiction, sans jamais avoir la prétention de renouveler le genre mais apportant vaillamment sa pierre à l’édifice. Bref, un recueil à posséder aux histoires toutes plus originales les unes que les autres et qui montre le talent incommensurable de son auteur.

Publicités
Tagué , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :