Du vent dans mes mollets – Carine Tardieu

Une comédie légère et attendrissante sur la perte de l’innocence.

J’étais justement en train de cracher sur la capacité du public français à ne se contenter que de comédies ou de films dépressifs (la bande annonce de Quelques heures de printemps juste avant la séance en est un bel exemple). Mais j’avais oublié, en reniant cette partie de notre patrimoine culturel, qu’on était vraiment capable de réaliser de jolis films. Et c’est sans compter sur la pauvreté de la programmation de cette pré-rentrée que j’ai revu mon jugement à la hausse. Autant il est rare de voir d’excellent films à intrigues dans notre pays, autant les sentiments et l’émotion sont deux choses qui sont parfaitement maîtrisés chez les cinéastes et acteurs français.

L’innocence est démultipliée lorsque la petite fille se confie à sa psy.

Et faire jouer des enfants n’est pas toujours synonyme de réussite (il suffit de revoir le (les ?) réadaptations de La guerre des boutons pour s’en rendre compte). Mais il s’avère que ce film porte en lui toute la quintessence de la jeunesse. La pureté et l’innocence des petites filles y est conservée telle qu’elle et on retombe en enfance en observant leurs jeux, leurs actes et en les regardant s’épanouir (ça se passe au début des années 80, ce qui explique l’identification rapide aux enfants). Les malheurs des uns faisant le bonheur des autres, la rencontre entre les deux petites filles amènent les parents à se rencontrer. Et le cœur ayant ses raisons que la raison ignore, le père (incarné par un Denis Podalydès génial tout en retenue) va tomber dans un simili triangle amoureux digne de nos premières romances.

– « Ah non ! La cuisine, c’est moi…et Schmidt ! »

Tout s’inverse à partir du moment où les adultes retombent en enfance devant les turbulences de la vie de leurs filles, tandis que celles-ci découvrent la vie au détour de scènes épatantes, où le comique pur côtoie une tristesse sans bornes, apaisée par le rire des enfants dans la cour de récré. Émouvant (la fin est un vrai tire-larmes), surprenant et rafraichissant, c’est un vent de liberté et de candeur qui souffle dans leurs mollets. Et en ressentir la brise au détour de ce film fait un bien fou.

7/10

Publicités
Tagué , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :