Avengers – Joss Whedon

Entrée dans la salle: 25 ans. Sortie de la salle: 10 ans. Rajeunir de 15 ans en 2h30, ça coûte 10€.

Et non, je ne vais pas vous parler d’une nouvelle adaptation de Chapeau melon et bottes de cuir, bien que ça ne ferait pas de mal à l’original d’être revu et corrigé. Vous l’aurez compris grâce à l’image, il s’agit du film réunissant les super-héros les plus mastards de Marvel. Ici, rien à voir avec le pendant de chez DC Comics et leur Ligue des Justiciers, les Avengers ont tous un caractère bien trempé, n’ont pas l’esprit d’équipe (sauf Captain America qui se verra refoulé de nombreuses fois par les autres) et ont une idée très personnelle du pouvoir et de la façon dont il faut l’utiliser.

- "Merde, Thor, je t'avais dit qu'il fallait prendre à gauche après le rond point pour rejoindre la salle des fêtes..."

Leurs égos surdimensionnés, à commencer par celui de Tony Stark/Iron Man, donnent lieu à des scènes comiques, où l’humour est certes enfantin par moments, mais hilarants à d’autres moments. Jamais les protagonistes ne se parlent sérieusement et jamais ils ne s’écoutent attentivement. Cette confrontation des idéaux est parfaitement décrite dans le combat qui oppose Thor, Iron Man et Captain America. Différentes époques et univers doivent fusionner pour combattre un ennemi commun, ce qui n’est pas de tout repos. Des clans se forment à bord du vaisseau du Shield, équipage mené par un Nick Fury aux intentions aussi ambiguës qu’étranges.

Scarlett en combinaison de cuir moulante, affichant un air sérieux du début à la fin, ça m'excite...

Mais malgré tout, chacun trouve sa place au sein de l’équipe et chaque héros à son instant de bravoure, aidé par une mise en scène soignée, dont je n’aurais pas cru Joss Whedon capable. Passer de Buffy contre les vampires à un blockbuster de plus de 220 millions de dollars, attendu par une communauté planétaire de fans, ça a de quoi mettre la pression et l’envie de se procurer une assurance vie. Car même si les films mettant en avant chaque personnage était d’une qualité passable à excellente, The Avengers ne pouvait décemment pas se reposer sur ses lauriers et se contenter de réunir une belle brochette de héros, et plus particulièrement d’acteurs.

Mention spéciale à Hulk qui vole la vedette à tous les autres.

Le hic provient de Mark Ruffalo, remplaçant d’Edward Norton dans le rôle de Bruce Banner/Hulk. On a vraiment l’impression qu’il n’a pas sa place au sein du groupe et qu’il se sent lésé d’une adaptation. Une pirouette intelligente a donc été trouvé en faisant de Hulk un personnage attachant mais bourrin, cruel mais drôle. Il est celui qui se démarque le plus alors qu’il ne balance que deux mots lorsqu’il est transformé. Contrairement à Iron Man, c’est le super-héros qui mériterait qu’on s’attarde sur sa façon de contenir sa forme bestiale, ses peurs et ses faiblesses.

- "Joss, file-moi mon script. Il doit y avoir une erreur: j'ai que 3 pauvres répliques !"

Belle réussite donc, qui présage du meilleur pour la suite de la licence ainsi que de la carrière du réalisateur. Le seul bémol provient de la bande originale qui aurait pu être beaucoup plus épique avec des pointes d’orchestre pour réalimenter la toile de fond nazi, des envolées lyriques pour les décollages de l’homme d’acier et les mano à mano du Dieu de la foudre ainsi que des grosses percussions pour les matraquages de Hulk. Reste aussi un scénario très prévisible et manichéen au possible mais bon, faut satisfaire le plus large public.

8/10

Publicités
Tagué , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :