Running wild (2006)

Dommage que l'acteur principal surjoue trop...

Y’a comme un air de déjà vu dans Running wild et c’est normal: c’est calqué en grande partie sur l’un des meilleurs polars asiatiques jamais tourné. J’ai nommé Infernal Affairs. Dès lors, on cherche l’originalité du truc mais il a tellement de mal à se démarquer de son cousin que ça en devient rageant. Même la fin y fait référence. Ajouté un acteur beaucoup trop expressif pour être crédible en chien fou de la police et vous vous retrouvez devant un beau gâchis. reste quand même des scènes bien couillues qui lui permettent de rebondir et d’éviter d’être jeté aux oubliettes. Mais deux heures face à un matériau si peu réfléchi, ça fait presque trop.

6/10

Publicités
Tagué , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :