Chronicle – Josh Trank

Un beau doigt d'honneur à tous les films de super héros !

Le principe de la caméra embarquée fait des émules depuis que Balaguerò et Plaza l’ont remis au goût du jour avec leur Rec, améliorant un concept déjà présent dans le célèbre Projet Blair Witch. Mais Chronicle penche plutôt du côté de Cloverfield, mettant en scène un trio de jeunes branleurs aux intentions plus ou moins louables. Exit la manière dont ils se retrouvent dotés de super-pouvoirs, le film s’attarde beaucoup plus sur la psychologie des personnages (dont un en particulier) en mettant en exergue cette problématique simple mais efficace: que ferions-nous si nous étions un super-héros ?

- "Mate ça mec ! T'as vu comment j'ai chopé le réal ?" - "La classe ! Vas-y, menace-le de le balancer dans le vide s'il augmente pas notre cachet."

Le thème abordé permet au réalisateur de faire de véritables prouesses avec sa caméra, même si après avoir vu Enter The Void, plus rien ne m’étonne. Tout le film est donc structuré par des plans séquences plus ou moins longs qui permettent au public de s’investir dans le film et au scénariste de s’affranchir de certaines règles d’écriture. Les trois jeunes acteurs principaux sont donc – à l’instar du Godzilla-like de Matt Reeves, obligés de jouer tout ne donnant l’impression d’être naturels. Et même si on ressent de l’improvisation à certains moments, on est assez loin des exercices précédents, les personnages n’oubliant que très peu qu’ils sont filmés quasi en permanence par Andrew qui cherche à garder une trace de ce dont ils sont capables.

Le final est dantesque et l'immersion se veut complète.

Piochant allégrement chez leurs prédécesseurs – Superman en tête – le développement du personnage d’Andrew va chercher également du côté du manga. Sous des faux airs d’Akira, la dernière partie du film montre un jeune homme ambitieux développer son don de manière exponentielle jusqu’à devenir terriblement dangereux et ainsi, nous offrir un spectacle hallucinant d’effets spéciaux parfaitement maîtrisés. Seule la toute fin (le plan séquence final) est à déplorer, bâclée et bien en deçà de ce que le réalisateur nous avait offert jusqu’alors. Chronicle reste tout de même dans le haut du panier, améliorant le concept jusqu’à justifier son utilisation.

8,5/10

Publicités
Tagué , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :