Dos au mur – Asger Leth

...ou comment détourner l'idée préconçue qu'il ne faut pas regarder en bas.

Un homme, un balcon, des centaines de spectateur (dont à peine une dizaine dans la salle). Le pitch du film est intéressant et aurait mérité quelqu’un de plus doué aux manettes. Spike Lee étant déjà passé par là avec son Inside Man et Joel Schumacher avec son Phone Game, Dos au mur n’invente absolument rien. Dans le genre thriller à huis-clos, on a déjà vu mieux. Les enjeux s’envolent bien trop rapidement et celui qui a eu la malchance de voir la bande annonce se verra délesté des principaux rebondissements de l’intrigue. Ca commence mal !

Preuve en images que les figurants sont totalement livrés à eux mêmes !

Et pourtant, ça commence bien. Une ambiance thriller 80’s avec un personnage quasi mutique qui enclenche la spirale infernale du film. Mais cette spirale se transformera au fur et à mesure en un tourbillons de conneries, toutes plus grossières les unes que les autres. Si certains personnages sont sympathiques malgré le cliché qu’ils dégagent (Ed Harris en promoteur immobilier véreux) , les rebondissement sont quand à eux soit trop improbables, soit déjà vus dans 14 000 autres films du même tonneau. J’ai cru pourtant sentir une influence de Tony Scott dans certains plans mais elle s’est vite envolée, la mise en scène se limitant aux ficelles voyantes d’Hollywood avec des plans mineurs et une direction d’acteurs borderline.

Ed Harris est-il en train de mettre fin à sa carrière par écrit ?

Même le casse du coffre est beaucoup trop facile ! Alors que l’équipe de bras cassés multiplie les bourdes, ils arrivent tout de même à atteindre leur objectif. Une vraie comédie ! Mais où est-ce qu’on est là ? On était pas censé se retrouver en face d’un thriller un peu parano, mêlant complot et double jeu, avec action et suspense à la clé ? Et les dialogues ! Je voulais du développement psychologique (pas le simili attendrissement avec la photo du père), des enjeux dramatiques poussés. On se retrouve juste devant un film du dimanche soir qui ne cherche pas à développer l’idée intéressante d’un homme qui ne peut plus faire marche arrière et qui se fait juger une seconde fois sur la corniche d’un immeuble. Un film raté par paresse et manque d’investissement de la part de toute l’équipe.

3,5/10

Publicités
Tagué , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :